Accueil

Dans le cadre du débat national sur la transition énergétique, l’ANCRE a réalisé 3 scénarios possibles d’évolution du système énergétique pour la France à l’horizon 2050. Ces trois trajectoires correspondent à des choix contrastés en termes de comportements d’usage, de développement technologique et d’infrastructure et de substitution vers les énergies bas-carbone. Elles visent toutes à l’atteinte du « facteur 4 » (division par 4 au moins des émissions de gaz à effet de serre du secteur de l’énergie) et à une diminution de la part du nucléaire dans le mix électrique (vers 50 % à l’horizon 2025 et au-delà).

Les scénarios de l’ANCRE ne prétendent pas refléter l’ensemble des futurs possibles, mais plutôt illustrer les impacts des grandes orientations retenues :

  • le scénario Tendanciel (TEND) situe les futurs niveaux de consommation d’énergie et d’émissions de GES si aucune nouvelle action n’est entreprise,
  • le scénario « Sobriété renforcée » (SOB) montre que le choix de cette voie implique des ruptures importantes dans l’évolution des modes de vie,
  • la « Décarbonation par l’électricité » (ELE) impose un investissement lourd en infrastructures, tant pour la production d’électricité nouvelle (essentiellement renouvelable) que pour son utilisation par des véhicules électriques ou à hydrogène,
  • enfin le scénario « Vecteurs diversifiés » (DIV) impose de structurer différentes filières notamment pour la production de la biomasse et son utilisation, comme de développer d’importantes infrastructures de réseaux énergétiques diversifiés, pour la distribution de chaleur en particulier.

L’ANCRE a également construit une variante au scénario « Décarbonation par l’électricité » dans laquelle la contrainte de 50 % de nucléaire dans le mix électrique à 2025 est assouplie (ELEC-V).

Les scénarios partent d’une analyse des déterminants de la demande – globale et par secteur – et de l’offre énergétique, ainsi que des émissions de CO2. Ils prennent en compte les marges de manœuvre en termes d’usages de l’énergie – y compris en matière de transfert entre vecteurs énergétiques – et les évolutions permises par le progrès technologique.

Les scénarios de l’ANCRE ont pour points communs :
  • un objectif de division par 4 des émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050
  • l’engagement gouvernemental d’une réduction à 50% de la part de l’énergie nucléaire dans le mix électrique à l’horizon 2025
  • une évolution du mix électrique intégrant davantage d’énergies renouvelables
  • un effort d’efficacité énergétique.
Par ailleurs, ils s’inscrivent dans un cadre global qui prévoit un accroissement de la population de 15 % d’ici 2050 et une croissance économique en hausse de 1,7 % par an taux standard dans les exercices de prospective français en moyenne sur l’ensemble de la période.